Préparer un Voyage à Trincomalee

Caser Trincomalee dans notre itinéraire avait tout du casse-tête chinois. J'avais beau me fracasser la tête contre un mur en crépi pour trouver une solution rien ne me vînt. Cependant, chez Bricovoyage, on pense qu'à chaque problème existe sa solution. Après une étude topographique poussé, une analyse fine et sans failles des moyens de transport et une exploration méticuleuse des hébergements Airbnb, Booking et consorts Google nous apporta la solution. Plages longues et désertes, le parc national de Pigeon Island, l'idée de monter au Nord,  louer un scooter sont autant de raisons qui nous ont forcé à aligner les planètes pour visiter la nôtre.

Pourquoi Bricoler un voyage à Trincomalee?

  • Pour les plages immenses, quasi désertes
  • Pour louer un scooter et suivre la B424 jusqu'à en avoir le cul vissé au siège
  • Pour le snorkelling au Parc National de Pigeon Island
  • Pour Manger du poisson frais
  • Pour une visite de fin de journée au Temple Hindou de Koneswaram

BricoMap

Où Loger à Trincomalee

L'histoire commence bien mal, puisque l'Airbnb qu'on s'était dégotté nous attendait fraîchement les portes closes. Serviable, aimable et certainement commissionné, notre chauffeur de Tuk-tuk, nous offre de visiter l'hôtel d'un de ses amis. Bien que réticent, on accepte et on a bien fait.
Le French Garden resort calme, propre et à 200 petits mètre de la plage.
Le proprio est sympa, il offre la possibilité de louer des scooters.
Nous sommes restés 4 nuits à deux en chambre privé (sans la clim) et on a payé avec la location de scooter quasi-quotidien moins de 60€.
Y a quelques restaurants et des commerces sur la route B424.
Pour sûr, une bonne adresse

Que Faire à Trincomalee

Le Parc National de Pigeon Island

Pigeon Island
Pigeon Island

Comme on n'est pas là pour vous vendre des cravates et autres sornettes, on vous dit la vérité vraie, ce parc est la raison de notre venue ici. Faut dire qu'un parc maritime qui s'appelle « Pigeon Island », c'est aussi improbable que John- John Kennedy qui se noie en avion. Moi, ça me pique le nerf de la curiosité et je veux savoir de quoi il en retourne.


La question, comment organiser cette virée ? Autant que l'on puisse le faire, on bricole nous-même nos journées d'activités. Cette virée ne déroge pas à la règle (pas comme le trek aux Knuckles).


On ne l'a pas fait, mais sachez qu'il existe des tours de snorkeling qui passe par le parc. Pour 25$, Scuba Lanka propose des circuits à la journée qui passent forcément par le parc national, mais aussi par d'autres spots.
Nous souhaitions passer la journée sur l'île. Donc on loue un scooter et en route. Les tickets pour le parc national s'achètent sur la plage face à l'hôtel Anilana à Nilaveli.


Le prix des tickets est dégressif, plus vous êtes, moins c'est cher. Pour 2, on a payé 4 700 LKR (26€).


Il faut ajouter le prix de l'aller-retour en bateau. 2000 LKR (10€). À ce compte-là, on parle évidemment d'un aller-retour. Il suffit de convenir d'une heure de rendez-vous avec le pilote pour le retour.


Le soleil est déjà haut et tape fort à 10 heure lorsqu'on embarque. Pensez à emporter de quoi boire et de quoi manger.

 

Pour votre information, notez que vous serez pas à les seuls à jouir de l'eau turquoise et des poissons, les bateaux s'enfilent comme les autos un 15 août au péage de Saint-Arnoult. Trafic moins dense l'après-midi. Ce n'est pas parce qu’il y a du passage que c'est n'importe quoi. Des gardes veillent et c'est tant mieux, car une grande partie des coraux sont protégés et il est interdit de se baigner dans certaines zones. À la moindre incartade, le sifflet résonne accompagné d'un ferme rappel à l'ordre.


Naturellement, la vie aquatique foisonne, requins pointes noires, poissons perroquets et pour les plus chanceux quelques tortues.
Vous n'aurez pas le temps de poser votre torchon sur l'une des deux plages, qu'un gang d'activistes capitaliste vous saute à la gorge et vous offre de surveiller vos affaires contre rémunération. Déclinez.


L'île n'est pas bien grande et pour les randos, oubliez les sentiers. Au mieux, vous sauterez d'un rocher à un autre. De toute façon, quand on est là, c'est pour la flotte, les doigts de pieds en éventail, la faune et la flore.

Les Plages d' Uppuveli et Nilaveli

Plages d'Uppuveli
Plages d'Uppuveli

Honnêtement, si on n'avait pas sympathisé avec un chien, et combattu les corbeaux qui cherchaient à nous voler notre pastèque, on aurait vu personne. Autant à Uppuveli qu'à Nilaveli. Certains spots manquent clairement de propreté, mais à s'étendre sur des kilomètres, ces plages proposent plus de sable que de plastique. Si y a dilemme à choisir l'une ou l'autre, notre préférence va à Nilaveli. Bien qu'on ait apprécié Uppuveli et le spectacle de pêcheur qui s'activent à leurs tâches.

Swami Rock

C'est un poil surprenant que de se rendre sur les hauteurs de Swami Rock. Il faut passer par Fort Frederick, une base navale de l'armée Srilankaise. Même en scooter, on s'avance timidement, lorsqu'il faut passer l'arcane qui permet de s'infiltrer dans la base amie. Bien qu'au ralenti, les gaz du scooter pétaradent suffisamment pour annihiler toute ambition à se prendre pour Sam Fisher ou Solid Snake, dommage. Ici, daims et paons circulent librement, c'est magnifique. La légende urbaine qui dit qu'on peut voir des baleines depuis le rock à motivé notre venue, mais comme maintenant, c'est la nuit, nous v'là marron. À défaut de cétacés, le temple Hindou Koneswaram perché au sommet mérite une visite.

Louer un Scooter

Village de pêcheurs le long de la B424
Village de pêcheurs le long de la B424

Enfourcher un deux-roues, c'est un classique en Asie, ça aide à rendre les journées flexibles. Notre suggestion ici consiste à suivre la route B424. L'idée, c'est de rouler en direction du Nord. On s'est fait ça un après-midi depuis notre hôtel jusqu'à la ville de Pulmoddai. La faible circulation a rendu le tour plus qu’agréable. On traverse quelques marais salants, lagons, villages de pêcheurs et d'autres encore plus petits. Libre à vous de choisir, où vous arrêter, pour nous l'idée était de suivre le littoral et de voir. Depuis Pulmoddai, la plage d'Arimisale peut-être un bon point de chute. Faîtes le plein avant de partir, et emporter une bouteille ou deux d'essence (ils en vendent un peu partout, le long de la route et il y a une station à Pulmoddai) et surtout pensez à la crème solaire.

L'Avis du Bricovoyageur

Au calme, voilà comment je définirai ces 4 jours au nord-est Sri Lankais. Ma seule déception est de ne pas avoir réussi à manger un bon poisson, j'ai pourtant tenté ma chance dans quelques restaurants, et franchement pas de quoi téléphoner à la grand-mère. J'espère que vous aurez plus de chance que moi. Le plus appréciable fut ce sentiment de solitude, sur les plages (excepté le parc de Pigeon Island) personne, en deux-roues la même. C'est appréciable. À chaque journée son activité, sans pression. Le scoot à disposition autorise quelques ballades impromptues et ça, c'est bonnard. Le casse-tête vous l'aurez compris est de caser cette excursion dans le calendrier.

Continuez votre voyage au Sri Lanka.

Bricopartage

Pour plus d'images retrouvez nous sur Flickr et Pinterest


Bricoguide hors ligne

Cet article vous a plu ? Retrouvez sa version PDF à imprimer ou télécharger sur votre smartphone pour votre visite:

Préparer son voyage à Trincomalee

Lâche ton com de barate

Écrire commentaire

Commentaires: 0