Préparer son Voyage à Majorque

L'aventure à Majorque, ce n'est pas qu'un slip de bain sale et iodé qu'on promène d'une plage à l'autre le temps de son séjour. Vous pouvez jeter vos quatre roues sur un parking, planter le parasol et étendre la serviette, mais vous pouvez aussi embarquer les chips, le jambon-beurre, la San Pellégrino et partir pour une rando que vous terminerez sur la plage à rôtir sous un soleil de plomb. C'est une des possibilités, mais il y en a d'autres. Dans cet article, un peu fourre-tout, vous dénicherez peut-être une idée ou deux à exploiter pour bricoler votre exode estival dans les contrées lumineuses ou obscures de Majorque.

Comment s'est bricolé l'Histoire de Majorque

En -1200 avant JC, les Talayot sont la première civilisation à dominer l'île. Leur nom provient de la forme des tours de guets construites à l'époque. Baléares, qui signifie jeter en grec ancien sera lui aussi un héritage de la civilisation Talayotique experte dans le maniement de la fronde.

 

Vers 500 avant JC, Phéniciens et Carthaginois tente de s'implanter sur l'île mais ce sera sans succès et ce sont les Romains OKLM qui viendront s'installer en -123 et jusqu'au Vème siècle. Ce sont les Vandales qui avait décidés de faire de l'Europe un octogone qui viendront troubler la quiète de l'époque. Ils s'emparent des îles Baléares jusqu'à ce que l'Empereur Justinien vienne sonner la fin de la récré.

 

Arrive ensuite une période de domination arabo-musulmane, qui intègre Majorque au Califat de Cordoue en 903 et jusqu'à la domination des Almoravides qui auront permis à l'île de prospérer sous l'égide du gouverneur Wäli Ishaq.

Au XIIIe siècle, avec ses 155 navires, le roi Jacques 1er entreprend la reconquête de Majorque, il y meurt en 1276. Les fistons se mettront bien sur la couenne pour la succession, mais finalement Majorque sous la contrainte rallie la couronne d'Aragon et sa capitale Barcelone en 1343.

 

1521-1522 la révolte des Germanias secoue l'île, Charles Quint roi d'une Espagne unifiée alors envoie l'armée pour calmer tout ce petit monde. Jusqu'au XiXème siècle, Majorque continue de se faire martyriser, elle perd son autonomie en 1716 et est la cible régulière d'attaques.

 

Un peu de calme s'installe avec la période de renaissance catalane Renaixança. Les touristes débarquent ébahis par la beauté de l'île. Dans la catégorie people, ce sont Frédéric Chopin et Georges Sand qui feront le voyage, un musée leur est d'ailleurs dédié à Valdemossa.

 

Dans les années 30, comme toute l'Espagne d'alors Majorque se retrouve elle aussi victime du franquisme. Tragédie qui durera 40 ans avant que toutes les régions d'Espagne ne retrouvent le statut d'autonomie en 1983.

 

Maintenant que la situation politique est stable, les Majorquins à la fois bénéficiaire et victime du tourisme de masse s'interroge sur la nécessité de développer un tourisme éco-responsable.

Pourquoi bricoler un voyage à Majorque

  • Pour la Serrra de Tramuntana
  • Pour ses criques secrètes et désertes
  • Pour une journée rando et natation dans le parc natural de Llevant
  • Pour la charcute locale
  • Pour Déia, Valdemossa et quelques autres jolis villages.
  • Pour la descente de Sa Calobra et la plage de Torrent de Pareis

L'itinéraire de Bricovoyage à Majorque

Les Villages perchés de la Serra de Tramuntana

Nichés au cœur des montagnes de la Serra Tramuntana, Déià, Sóller, Fornatlux, Valdemossa, Bunyola et bien d'autres sont des villages vintages à la beauté sidérante. Maisons fleuris, ruelles étroites, une église et une place au cœur de village sont indubitablement le décor de ces ovnis de beauté. On y flâne, s'y pose sur les terrasses et on y apprécie la douceur du temps qui passe. Il arrive parfois qu'il faille prioriser ses incursions, dans ce cas, je dirais Déià et sa plage ainsi que Valdemossa et sa place recueillent pour moi l'oscar du coup de cœur.

 

À Sóller, devenez l'aventurier du rail en empruntant le très touristique et historique Ferrocaril de Sóller jusqu'à Palma ou Bunyola. Il faut dire qu'après Bunyola, le trajet est plat, il traverse des champs d'amandiers et d'oliviers et c'est à peu près tout. Dans l'attente de votre train, la gare de Sóller n'offre rien de moins qu'une exposition gratuite d’œuvres de Picasso et de Miro.

 

Parmi les autres curiosités touristiques, la Torre del Verger à Banyalbufar mérite qu'on s'y arrête. Il s'agit d'une tour de guet logée à flanc de falaise qui surplombe les alentours.

Le charme de Déià. Indémodable.
Le charme de Déià. Indémodable.

Les plages de Majorque

Pas la peine de feindre la surprise, vous le savez, je le savais, nous le sachions les plages de Majorque sont parmi les plus belles d'Europe. Vu la configuration géographique de l'île, pas besoin d'être géomètre pour vous avertir, qu'elles sont nombreuses, partout et que vous les trouverez la plupart du temps sur le littoral. On a pas pratiqué la trempette dans toutes, mais on en a tout de même prospecté suffisamment pour en localiser quelques une sur notre Bricomap.

 

Une autre alternative consiste à mixer rando et plage, comme nous l'avons fait au Parc natural de Llevant (ci-dessous) et pour nous rendre à Cala Bota pour une journée sandwich et écumes.

Parc Natural de Llevant

Protégé et déserté ce parc est absolument à découvrir lors d'un séjour à Majorque. Seuls indigènes ou presque dans ses travées, nous avons passés une bien mémorable journée. Aux environs périphériques d'Arta, débrouillez-vous pour arriver sur la route Ma3333, savourez votre succès pendant 4,7 km puis tournez à droite pour entrer dans le parc. L'entrée est gratuite et l'accueil fournit les cartes. 13 sentiers, autant d'avenues pour vos baskets, va falloir choisir. Nous, on s'est enchaîné le 3, le 5 et le 6 dans la journée. Une boucle le temps de descendre à la plage, d'y faire un pique-nique et de la natation. Soyez prévoyant, y a autant d'ombre que de neurones dans la tête de Bolsonaro et aucune possibilité de remplir sa gourde.

Encore une descente et à l'eau !
Encore une descente et à l'eau !

Parc Natural de S'Albufera

S'il a moins gagné les cœurs que le parc naturel de Llevant, le parc natural de s'Albufera ne mérite pas moins lui aussi que notre respect. Le parc est avant tout, une aire de conservation et de protection pour les oiseaux. Vous pourrez en entrevoir dès votre arrivée lorsque vous longerez le canal de Siurana pour vous rendre à l'accueil du parc pour demander votre permis (gratuit) qui est obligatoire pour circuler dans le parc. 4 options pour l'itinéraire, nous avons pris la plus longue « Camí d'Enmig - Ses Puntes », 3h, trajet plat et sous le cagnard. Donc si c'est autant pour se dégourdir les jambes que pour les paysages optez pour une ballade matinale. Autrement, il y a 3 autres sentiers, plus courts et qui favorisent l'observation.

 

Entrée gratuite ouvert entre 9h et 18h entre le 1er avril et le 30 septembre. Fermé hors de cette période. Adresse : Av. de s'Albufera, 07458, Illes Balears, Espagne.

Palma, la vieille ville

Porte d'entrée de l'île, nous ne nous y sommes jamais vraiment attardé. Nos efforts furent d'ailleurs concentrés sur la vielle ville, ses petites rues et ses vielles portes. Nous n'avons pas d'itinéraire précis à recommander et n'avons flirté avec la Cathédrale qu'en ne tournant autour, une romance inachevée.

Sa Calobra

Vous aimez la voiture, les belles routes et combiner les deux alors Sa Calobra devrait satisfaire les amateurs d'asphalte et de Sébastien Loeb. 700 mètres de dénivelés sur 12 km et des lacets en veux tu en voilà. Que ce soit pour la montée ou la descente, c'est une expérience qui saura remuer vos estomacs. Si pour vous le délice d'une conduite ici, est, d'être seul, m'est d'avis que vous feriez bien de vous lever tôt. Le tapis de bitume avalé, ne ratez pas l'incroyable plage de Torrent de Pareis et s'il vous en reste sous la semelle une fois la voiture au parking poussez l'excursion jusqu'au canyon. Vous le trouverez sans difficulté, il est dans la parfaite direction opposée à la mer.

Salines d'Es Trenc

En creusant dans les méandres de ma mémoire, je pense pouvoir affirmer que l'entrée est à 10 €. Une immersion iodée qui vous révélera bien des secrets, comme l'origine rose du fameux flamant, ou comment bien calibrer sa fleur de sel. Vous apprendrez aussi la mesure absurde du gouvernement des Baléares qui interdit à l'exploitation d'utiliser l'énergie solaire pour ses besoins. À l'heure de l'urgence climatique, il est bon de s'apercevoir que l'incompétence n'a pas de frontière. Sur place, sans réservation, les visites sont possibles en anglais, espagnols et allemands. Possibilité de faire quelques emplettes dans la boutique.

 

Pour les Français et les groupes, un coup de téléphone est nécessaire.

Entrée:10 € du mardi au samedi. 10h-11h30 et 13h-15h. Tel : +34 673 433 456

Stock de sel pour une vie et plus.
Stock de sel pour une vie et plus.

Reprendre des forces et bricoler avec modération

Si nos régions ont du talent, les Baléares ne sont pas en reste avec leurs cochonnailles, leurs jus de raisin et autres spécialités sucrées.

 

Laissez-vous tenter, par la sobrassada, saucisse de porc crue, cousine du chorizo par son apparence et que l'on tartine. Ça peut piquer, mais il est aussi coutume de l'adoucir avec du miel.

 

Pa amb Oli, c'est un peu le plat du pauvre, une tartine de pain, sur laquelle on verse de l'huile d'Olive et on frotte de l'ail. Ouais, ça fait un peu joyeux Noël Princesse Sara, mais c'est pas obligatoire de faire le pauvre jusqu'au bout. Collez-y un agrément type jambon ou tomate et tout de suite ça prend un peu d'ampleur.

 

Le Tumbet est la ratatouille locale, mêmes ingrédients que l'on a frit puis qu'on empile les uns sur les autres. On assaisonne d'ail et de tomates pour la touche méditerranéenne.

 

La Coca Majorquine est une pizza déguisée flanquée de légumes coupés en julienne. On la trouve dans toutes les boulangeries.

 

L'Enseimada, c'est la starlette majorquine quand on cause gourmandise. Souvent saupoudrée de sucre-glace, cette gâterie est aussi à retrouver dans des versions fourrées. Autre spécialité, un peu dans le même genre, la Coca de patata qu'il est bon de découvrir à Valdemossa, car c'est ici qu'elle aurait été inventée. À part la présence surprise de la pomme de terre, les ingrédients sont quasi les mêmes.

 

S'alimenter, c'est toujours sympa, mais s'irriguer s'est pas mal non plus et là, c'est l'écume aux lèvres que je vous recommande le vin Macià Batle.

 

Y a aussi des produits bio et sains !
Y a aussi des produits bio et sains !

L'avis du Bricovoyageur.

Quand la magie du dépaysement est à 1h30 de la capitale, je dis, pas la peine de fumer ses neurones à trouver son affectation pour ses prochains congés. Le matin à grimper les cols et l'après-midi sur la plage à colorer votre gras, c'est un programme qui a de l'attitude ! Certes, y a du vacancier au mètre carré, mais en évitant la côte est, vous augmenterez vos chances de solitude. Un nid à l'écart et c'est déjà presque gagné, se lever tôt est aussi une hypothèse.

 

Majorque est toujours pour moi une étape heureuse. Rando, plages, cuisine ainsi que quelques possibilités d'activités insolites sont les arguments qui m'incitent chaque année à renouveler l'aventure.

Plus d'Espagne sur Bricovoyage



Lâche ton com de barate

Commentaires: 0